Le pape François sur une troisième guerre mondiale fragmentée

0
19

Face à la poursuite de la violence au Moyen-Orient, qu’il qualifie de "fragmentaire" de la troisième guerre mondiale, le pape François n’a pas hésité à suggérer une cause majeure de conflit international meurtrier : les intérêts financiers.

Face à la poursuite de la violence au Moyen-Orient, qu’il qualifie de "fragmentaire" de la troisième guerre mondiale, le pape François n’a pas hésité à suggérer une cause majeure de conflit international meurtrier : les intérêts financiers.
Le pape a déclaré : « C’est grave. Certains puissants gagnent leur vie avec la production d’armes et les vendent à un pays pour qu’ils les utilisent contre un autre pays… C’est l’industrie de la mort, l’avidité qui nous nuit à tous, le désir d’avoir plus d’argent ».
Il a poursuivi, « Le système économique tourne autour de l’argent et non des hommes, des femmes. … La guerre est donc menée pour défendre l’argent. C’est pourquoi certaines personnes ne veulent pas la paix : Ils gagnent plus d’argent avec la guerre, bien que les guerres gagnent de l’argent mais perdent des vies, la santé, l’éducation. »
Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, les États-Unis sont le plus grand marchand d’armes au monde, fournissant 56 % de toutes les ventes d’armes internationales.  Au Moyen-Orient, les États-Unis ont fourni 47 % des armes. Il n’est donc pas surprenant que le pape François ait tenu des propos acerbes au Congrès sur les ventes d’armes. De plus, les armes et véhicules américains sont entre les mains du groupe d’État islamique, capturés ou abandonnés par les forces irakiennes – ce qui signifie que les États-Unis ont indirectement fourni les terroristes.  Ce que peu de gens réalisent,  c’est que les ventes d’armes sous le président Obama ont connu une accélération spectaculaire : Au cours des cinq premières années de l’administration Obama, les ventes totales d’armes ont dépassé de 30 milliards de dollars celles de l’administration Bush, qui a duré huit ans, rien que pendant les cinq premières années de la présidence de Barack Obama.  La majorité des ventes d’armes d’Obama sont allées au Moyen-Orient et dans le Golfe persique, l’Arabie Saoudite étant en tête de liste avec 46 milliards de dollars de nouveaux accords.
L’Arabie saoudite a augmenté ses dépenses d’armement en 2014, plus que tout autre pays dans le monde. L’Arabie saoudite a dépensé 81 milliards de dollars en
armements, soit 10 % de son économie, un pourcentage plus élevé que celui de tous les pays à l’exception d’Oman. Le plus grand marchand d’armes de l’Arabie saoudite était le Royaume-Uni, qui a fourni 36 % de son stock 2010-2014, suivi de près par les
États-Unis, qui ont fourni 35 % des achats du royaume saoudien.

Victor Gaetan
PONTIAC