La sylviculture, un nouveau tourisme ?

0
1

La foresterie serait-elle devenue le nouveau « tourisme » ? Non pas que nous nous attendions à ce que les touristes visitent nos scieries mitées, mais le « tourisme accru » pourrait devenir la nouvelle promesse de nos politiciens pour sauver le Québec rural.

Aujourd’hui, le « tourisme » lui-même est futile, parce que chaque juridiction à travers le Canada propose d' »augmenter le tourisme ». Comment cela pourrait-il être possible ? Si, comme par magie, on augmentait le nombre de touristes, il y aurait peut-être assez de corps – peu importe que certaines régions aient des attractions touristiques, que d’autres n’en aient pas, et que peu d’entre elles aient l’infrastructure touristique (hôtels et restaurants) pour faire face à toute augmentation. Le Pontiac fait partie de cette catégorie – manque d’infrastructure – donc il est malhonnête pour tout candidat politique de promettre de relancer notre région en promettant de « stimuler le tourisme ». Bien que la plupart des autres politiciens promettent la même chose à leurs régions !

Pourtant, le Pontiac possède beaucoup de forêts, surtout sur le territoire non organisé de notre MRC. Alors, quel est l’attrait touristique ? Il n’y en a pas ; nous ne proposons pas de tour de la Dumoine en canot-bus !

Mais, si on se souvient bien, il y a eu une énorme conférence sur les changements climatiques tout récemment – les COPS. Il ne fait aucun doute que le changement climatique est grave et qu’il est existentiellement dangereux. Nous devons augmenter nos pièges à carbone, ainsi que réduire les émissions – c’est un appel constant des conférences COPS. Plus d’arbres. Plus de forêts. Les gens peuvent construire des hôtels, mais il est peu probable qu’ils replantent des forêts entières.

Le Pontiac en a déjà, mais elles ont besoin d’être protégées plus qu’exploitées, dans l’optique du COPS. Et c’est là que notre avenir économique pourrait reposer. Nous avons besoin d’un soutien énorme pour planter plus d’arbres et pour protéger ceux que nous avons déjà et qui travaillent pour nous comme puits de carbone. Si chaque arbre compte, il y a de nombreux emplois ici, dans la gestion, l’éclaircissement, la plantation, l’élagage, ainsi que dans l’utilisation du bois.

Entendons nos candidats s’engager à apporter un financement central plus important à notre région pour cette tâche. Protéger et ouvrir nos forêts. Faisons en sorte que le gouvernement fédéral s’engage, au lieu de multiplier les réunions et les discussions. Découvrons si le Pontiac a un lien avec le Québec – en argent pour soutenir l’existence continue de la planète. Mettons la MRC et nos municipalités à bord. Nous pouvons faire du Pontiac une grande arche, parmi tant d’autres, pour l’humanité ; nous avons besoin de financement pour nos arbres. Payons le Pontiac à partir d’un fonds central pour conserver et agrandir notre incroyable forêt – pour le bénéfice de tous, y compris le nôtre.