Investir dans la relance

0
23

Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist

Difficile de faire abstraction de l’impact de la pandémie de la COVID-19 dans
le Pontiac. Il a été grandement question des côtés négatifs, mais certaines

Francois Carrier
Éditorialiste Invité
Guest Editorialist

Difficile de faire abstraction de l’impact de la pandémie de la COVID-19 dans
le Pontiac. Il a été grandement question des côtés négatifs, mais certaines
conséquences pourraient avoir des impacts économiques et politiques
bénéfiques à long terme. 
Parmi les éléments positifs, je me dois de parler de la préfète de la MRC Pontiac, Jane Toller, qui a eu la chance de pratiquer régulièrement son français à la radio. Plusieurs ont noté cette amélioration. Le gouvernement Legault a nettement démontré des côtés nationalistes très prononcés durant la crise. Durant une des conférences de presse, j’ai entendu à 9 reprises le Premier ministre faire appel à la fierté d’être Québécois en 9 minutes d’intervalle. Cette tendance ne va pas diminuer. Pour obtenir davantage de faciliter pour communiquer avec les
membres du cabinet, l’utilisation du français sera un atout. Je crois même qu’elle devrait poursuivre ses efforts et profiter de chaque occasion pour pratiquer.
L’achat local est devenu une nécessité. On ne peut plus passer à côté. Les contrôles routiers ont causé beaucoup de frustration et des maux de tête aux villégiateurs et aux consommateurs. Par contre, il est clair que certaines occasions d’affaires sont à saisir. Les entreprises du domaine de l’alimentation et du commerce au détail peuvent connaître davantage les besoins de nos résidents et ajuster leurs services à la demande. Je note aussi des liens plus étroits entre les SADC et les entreprises, entre les entreprises et les organisations comme le Carrefour jeunesse-emploi ou le Centre local d’emploi. C’est une excellente nouvelle qui pourrait permettre à nos entreprises d’obtenir de l’aide en préservant à long terme ce genre de relation. Je salue aussi l’initiative de la Chambre de commerce du Pontiac qui a, pour aider nos entreprises locales, décidé d’abolir cette année les frais d’adhésion. Quelle belle façon de faire connaître ses services et peut-être augmenter le nombre de ses membres. Une chambre de commerce peut parfois faire une différence dans une économie locale.
L’apprentissage en ligne prendra de l’importance, comme les étudiants pontissois du Cégep de l’Outaouais ont pu s’en rendre compte. Dans certains cas,
l’accessibilité Internet est pitoyable et il faut y apporter des améliorations, on ne peut plus attendre. Ce ne sera pas du luxe. Le télétravail prendra une grande importance dans le marché de l’emploi et si on fait les choses intelligemment, on pourrait se retrouver avec de nouveaux résidents qui pourront aussi contribuer à notre économie locale. Certains fonctionnaires pourraient facilement s’établir dans l’une de nos municipalités. Même si certains secteurs de notre économie sont frappés de plein fouet, le déconfinement pourrait mener à la relance économique du Pontiac. En mettant en valeur nos forces et en travaillant sur nos lacunes, on
pourrait trouver des occasions d’affaires fort intéressantes.