Intelligence artificielle, est-ce que nos gouvernements sont prêts?

0
192

J’ai pu profiter récemment d’un déplacement à Prague en Tchéquie, pour assister à des conférences sur les dernières modes dans le domaine de la radio et de l’audio. On m’a transposé dans l’ère du futur et de ce qui nous paraissait de la science-fiction, il y a à peine quelques années. C’est la présence de Radio GPT qui a été marquante. La technologie de Radio GPT, utilisant l’intelligence artificielle, permet de programmer un « animateur artificiel », avec une voix humaine, non robotique, pour présenter la météo, les chansons et même les nouvelles locales qui sont disponibles sur les médias sociaux. L’animateur artificiel pourra même conduire des entrevues. Plus besoin d’animateur la nuit et même à certains moments du jour.

L’un des concepteurs de Radio GPT a présenté son produit comme l’avait fait Amazon, Google ou Twitter dans le passé : « c’est à nous de profiter de cette situation et ne laissons pas les gouvernements imposer leur vue, ce n’est pas à eux de décider ». Évidemment, celui-ci tentait d’être rassurant, soulignant à quel point notre monde est merveilleux. Jamais il n’a abordé les problèmes éthiques et il a très peu parlé de la fiabilité des informations par l’animateur artificiel. Une chose est claire, c’est que nous devrons faire avec cette technologie, puisqu’elle existe et on ne peut pas l’ignorer. Sauf que les gouvernements ont la responsabilité de protéger la population des intérêts individuels ou de sociétés ayant des ambitions qui peuvent nuire à la collectivité. N’ayant pas trop réfléchi collectivement à la question, on risque de se retrouver avec plusieurs défis. Notons qu’avec les médias sociaux, les gouvernements ont été lents à réagir, surtout au Canada. Le gouvernement fédéral, rappelons-le, avait signé une entente
« personnalisée » avec Netflix et le cadre législatif pour Facebook, Google et les autres, tarde à se mettre en place. Une station de radio, pourrait éliminer certains emplois afin de rentabiliser leurs activités. Ce n’est qu’une des questions éthiques en jeux. Je vous parle des médias, mais cette technologie aura des impacts dans plusieurs domaines.

Pour répondre à la question à savoir si nos gouvernements sont prêts, évidemment non ils ne le sont pas. J’ai discuté avec quelques intervenants de la scène politique, tous ignoraient la portée de l’avancer de la technologie dans ce domaine. « Mais ce n’est pas sur le point d’arriver au Canada? ». Radio GPT a une entente avec Rogers et c’est actuellement en installation au sein de certaines de leurs stations au pays. La question n’est pas de savoir si l’avancée technologique est bonne ou pas, mais de l’encadrer pour quelle demeure une force pour nos collectivités. N’en demeure pas moins que les députés et sénateurs canadiens doivent agir dès maintenant, sur une
technologie qui pourrait avoir des impacts, partout au pays, incluant le Pontiac.