Enfin !

0
3

L’annonce de Commonwealth Plywood de relancer la scierie de Rapide-des-Joachims, est une nouvelle encourageante et réconfortante pour l’industrie forestière dans le Pontiac. Ce n’est pas les 65 emplois potentiels qui est le fait saillant, mais bien d’avoir cette entreprise d’envergure, qui sera active dans la MRC Pontiac. Cette entreprise vient renforcer l’influence politique du Pontiac en Outaouais.

Malheureusement, depuis la fermeture de la Smurffit Stone en 2008, la force de l’industrie forestière dans le Pontiac s’est dégradée peu à peu. Lorsque la préfète de la MRC Pontiac, Jane Toller, a annoncé à la radio la réouverture de la scierie, j’ai apprécié sa franchise. « J’ai appris qu’il n’y a rien de plus compétitif que l’industrie forestière au Québec et en particulier en Outaouais », a dit la préfète. Effectivement, la Vallée-de-la-Gatineau et la région de Papineau, cherchent eux aussi, à relancer leurs entreprises et la MRC Pontiac, était jusqu’à maintenant un joueur négligeable.

Il faut souligner le travail assidu, la façon de faire de l’entreprise, la crédibilité du plan de relance et l’intérêt de Commonwealth Plywood envers le Pontiac. L’entreprise a investi du temps et des ressources pour y arriver. Mené par le leadership de leur président Bill Caine, celui-ci a fait les choses correctement. Pour m’être rendu à Rapides-des-Joachims en juillet dernier, il était clair que Commonwealth Plywood était sur le point de relancer ses activités. Sauf qu’il était important de ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Ce qui n’a pas toujours été le cas de tous les entrepreneurs dans ce domaine dans le Pontiac.

Évidemment, c’est une nouvelle positive, mais l’entreprise devra éviter les pièges. La sélection du personnel devra prendre en considérations la main d’œuvre québécoise et porter une attention particulière au sentiment d’appartenance du Pontiac. Je comprends que Rapides-des-Joachims est situé plus près de Chalk River ou de Pembroke que de Fort-Coulonge/Mansfield, mais l’objectif devrait être d’établir des liens avec nos communautés de la rive québécoise. Commonwealth Plywood devra aussi investir dans ses communications et ses relations avec la communauté. Le communiqué de presse annonçant la réouverture de la scierie, envoyé aux médias, était truffé de fautes en français. Ce n’est pas si grave pour le moment et il y avait d’autres priorités, mais il sera important dans l’avenir, d’avoir le souci du détail.

Commonwealth Plywood pourrait être un levier pour la MRC Pontiac. Notre MRC peut démontrer maintenant, qu’il y a réellement la possibilité d’ouvrir une scierie, si on s’y prend de la bonne façon. Ce qui devrait être, je l’espère, inspirant pour les autres projets potentil, qui ont avantage à prendre exemple sur les propriétaires de la scierie de Rapides-des-Joachims avant de se lancer dans des sorties publiques.