Des citoyens s’expriment

0
27

Aux membres du Conseil municipal de Mansfield-et-Pontefract en lien avec votre décision de ne pas répondre à la résolution du Conseil municipal de Fort-Coulonge vous invitant à déposer une demande conjointe au MAMROT pour une étude de faisabilité pouvant mener à la fusion de nos 2 communautés.

Aux membres du Conseil municipal de Mansfield-et-Pontefract en lien avec votre décision de ne pas répondre à la résolution du Conseil municipal de Fort-Coulonge vous invitant à déposer une demande conjointe au MAMROT pour une étude de faisabilité pouvant mener à la fusion de nos 2 communautés.
Le COF (Citoyens ouverts à la fusion) fait la promotion de l’ouverture d’abord; questionner, analyser, obtenir les réponses, regarder l’avenir avec optimisme et surtout travailler ensemble.(…) Les vrais arguments, bien au-delà de l’émotivité, viendront de cette étude de faisabilité, demandée et réalisée conjointement, et inspirée par une grande vision que
nous, décideurs et citoyens concernés, proposerons avec conviction, mais toujours orientée vers le changement profitable. (…)
Comme élu, c’est un message que l’on doit présenter à tous nos concitoyens; en bout de ligne, ce sont eux qui décideront, bien informés, mais aussi inspirés par leurs représentant(e)s. En fait, c’est se faire confiance avant tout, pour démontrer à tous que nous avons sincèrement la volonté d’améliorer notre sort, de mettre en valeur notre plein potentiel et de faire de notre grande communauté le point central d’un avenir prometteur.
Mais au-delà de la réalisation de cette étude de faisabilité, c’est aussi de soumettre ce grand projet à toute la population et de démontrer l’importance de travailler ensemble, tout en véhiculant les bons messages. Il est très facile de dire non et beaucoup plus exigeant d’emprunter la voie du changement. Est-ce possible? Si on le veut, on le peut!
Bien au-delà aussi des économies probables, c’est à moyen et long terme qu’il
faudra évaluer les retombées de la fusion; bien difficile de prédire ce qui se passera vraiment, mais si la volonté y est vraiment, tout peut être possible. (…) Mais nous vivons tranquillement un changement qui mine notre lien d’appartenance même, c’est l’exode. Notre population diminue et nos gens quittent; c’est une réalité. Comment stopper cette érosion? Il faut travailler ensemble! Nous possédons cette capacité, n’y manque que la volonté. Ce sera notre plus grand accomplissement et c’est sur notre poids politique qu’il faut miser. Oui, il y a de l’espoir! Et oui, elle doit passer par l’ouverture, la coopération, la mobilisation citoyenne et la bonne entente.
Mais que gagnerait-on vraiment à fusionner? Voilà la grande question!
Des économies de taxes? Peut-être?
Ça dépend!  Notre objectif : offrir les meilleurs services possibles aux meilleurs coûts possibles; c’est prioritaire! Mais alors, que risquons-nous vraiment
en fusionnant? (…)
Le risque aussi d’être plus forts économiquement et de jouer un rôle plus dynamique auprès de futures entreprises, d’en ouvrir plutôt que d’en fermer?
Devenir le cœur économique du nouveau Pontiac, le secteur décisionnel
le plus important? Un beau risque?
Le risque de contribuer à stopper l’exode de nos jeunes mais aussi l’exode de celles et ceux qui ont perdu espoir? (…)
En refusant aujourd’hui d’y travailler ensemble, nous choisissons la voie du plus complexe. Deux entités voisines, côte-à-côte, une même population, une même grande famille qui lutte, avec raison d’ailleurs, pour un meilleure avenir, chacun de leur bord, divisées même, et qui décident aujourd’hui de fermer la porte. Est-
ce vraiment la route de l’avenir? (…)

Les membres du Comité de citoyens ouverts à la fusion (COF)