Allez au privé ! : Lettre ouverte aux députés provinciaux

0
17

Suite à une visite chez l’oto-rhino-

Suite à une visite chez l’oto-rhino-
laryngologiste (l’ORL) le 16 avril 2015 dernier, celui-ci m’a référé pour un repas baryté. J’ai appelé l’hôpital de Gatineau quelques jours plus tard pour un rendez-vous et ils m’ont donné le 28 septembre comme date d’examen. Au bureau de l’ORL, ils m’ont donné un rendez-vous pour les résultats le 23 novembre. J’ai demandé pourquoi aussi longtemps et ils m’ont dit que les examens et les résultats prenaient beaucoup de temps. Ils
m’ont aussi informé que ça prendrait
considérablement moins de temps si
j’allais au PRIVÉ.
En plus,  la visite chez l’ORL a pris
trois (3) mois. Je ne comprends pas,
trouvez l’erreur: mon chat est malade et je vais chez le vétérinaire, le tout prends une ou deux journées. Est-ce qu’il faudrait que je m’appelle Minou ou Pitou pour me faire soigner? Plus ça va en santé, plus la santé est malade. Ça doit faire cinquante (50) ans que l’on nous dit que l’on va améliorer la santé. Je crois que vous ne pouvez pas cacher que la santé est sous-financée en Outaouais part rapport aux autres régions. Même les autres régions sont sous – financées.
Donc on voit ce que ça donne. Le salaire des médecins a doublé depuis sept (7) ans et le service est pire. On a des médecins comme dirigeants, des médecins comme administrateurs on manque de médecins comme médecins, et c’est pas mieux.
Pour que la santé aille mieux, il faut aller
au privé.
Savez- vous que l’on paie les soins de santé déficients à avec nos impôts? Vous savez aussi que 40% du budget provincial va pour payer ce qui semble être la santé. Vous savez que, maintenant, il faut, en plus, payer le privé pour avoir des soins de santé. Santé publique + Santé privé = Payer en double. J’achète un dix (10) livres de patates, je paie pour dix (10) livres de patates. Je paie pour faire soigner mon chat chez le vétérinaire, je paie une fois et non deux fois.
Nous vivons une volonté politique de privatiser les soins de santé et de mettre comme élite sociale le corps médical. Je me souviens lorsque les entreprises payaient la municipalité pour la protection (police), aussi ils devaient payer la mafia pour de la protection. Ça me semble que nous sommes rendus là. C’est malheureux, la mafia n’est pas le privé. Va falloir que la population se réveille.
Pensez à ce que vous représentez.
Denis Noel
Aylmer