COVID-19 : Les survivants disent « Oui, c’est réel! »

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/handlers/views_handler_field.inc on line 1147.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 136.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of calendar_plugin_display_page::options() should be compatible with views_object::options() in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/calendar-6.x-2.4/calendar/includes/calendar_plugin_display_page.inc on line 297.
  • strict warning: Declaration of calendar_plugin_display_block::options() should be compatible with views_object::options() in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/calendar-6.x-2.4/calendar/includes/calendar_plugin_display_block.inc on line 78.
  • strict warning: Declaration of calendar_plugin_display_attachment::options() should be compatible with views_object::options() in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/calendar-6.x-2.4/calendar/includes/calendar_plugin_display_attachment.inc on line 242.
  • strict warning: Declaration of content_handler_field::element_type() should be compatible with views_handler_field::element_type($none_supported = false, $default_empty = false, $inline = false) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/cck-6.x-2.9/cck/includes/views/handlers/content_handler_field.inc on line 229.
  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/date-6.x-2.9/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 185.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_pager_none::post_execute() should be compatible with views_plugin_pager::post_execute(&$result) in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/plugins/views_plugin_pager_none.inc on line 69.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/content/29/3579629/html/bulletinaylmer/fr/modules/views-6.x-3.0/views/views.module on line 1113.
Added: Wed, 05/19/2021 - 1:00pm
Printer-friendly version

Allyson Beauregard
et Francois Carrier

PONTIAC – Avec la pandémie de COVID qui bat son plein depuis plus d'un an, la plupart des résidents du Pontiac connaissent quelqu'un qui a contracté le virus. Les symptômes sont très variables, allant d'un léger rhume dans certains cas à une hospitalisation dans d'autres. Le Journal s'est entretenu avec deux familles qui ont été confrontées au virus afin d'en savoir plus sur leurs expériences.
La famille EvansGwen Evans, résidente de Shawville, n'a pas contracté le virus elle-même, mais son mari Ken, qui est toujours hospitalisé, l'a fait, ainsi que son fils ; le couple est dans la cinquantaine et leur fils dans la vingtaine. Ken, un infirmier qui travaille avec les patients de la COVID, a été testé positif le 24 avril. Après avoir testé des membres de sa famille, son fils a également obtenu un résultat positif le 26 avril. 
Les symptômes de Ken ont commencé comme un rhume avec un mal de gorge, un nez bouché et de fortes douleurs corporelles.
« Il a ensuite commencé à avoir des vertiges lorsqu'il se levait et à se sentir nauséeux. Le 30 avril, il m'a demandé de l'emmener à l'hôpital. Je pensais sincèrement qu'ils allaient le renvoyer chez lui. Après une radiographie pulmonaire et des analyses de sang, il a été envoyé à l'unité COVID de Hull. Il
a été placé dans l'unité primaire où l'on n'a besoin que d'oxygène régulier.
Il pensait qu'il allait mourir et avait très peur », raconte Gwen.
« Deux jours plus tard, il a été transféré dans l'unité intermédiaire parce que
son niveau d'oxygène ne pouvait pas être maintenu. Une fois là-bas, il a été mis sous oxygène à haut débit. Son médecin m'a appelée et m'a tout expliqué ; il y aurait de bons et de mauvais jours, mais c'est ainsi que fonctionne la COVID », a-t-elle ajouté. Ken a finalement été transféré à l'étage des soins minimaux et il est sorti de l’hôpital le 14 mai.
Le fils du couple a lui aussi commencé par présenter des symptômes très légers, mais il a ensuite développé une toux, un écoulement nasal, a perdu l'odorat et le goût, et souffert de nausées et de vomissements. « On lui a dit que
sa toux resterait longtemps et qu'il perdrait l'odorat et le goût », a déclaré Gwen
au Journal, ajoutant que la communauté a été d'un soutien et d'une aide
incroyables. 
La famille espère faire passer le mot sur la gravité de la maladie et l'importance de se faire vacciner rapidement. « Ken [et notre fils] n'ont pas été vaccinés. J'ai reçu mon premier vaccin et il a manifestement fonctionné. À tous ceux qui pensent que cette maladie n'est pas réelle, j'ai un message pour vous : J'ai vécu un cauchemar, donc je sais que c'est réel. Je prie pour que personne d'autre ne vive l'enfer que nous avons vécu », a-t-elle conclu.
 « C’est depuis la prise du vaccin que je retrouve l’odorat », France Lavoie
En novembre dernier, France Lavoie de Mansfield, recevait un appel d’un de ses proches avec qui elle avait été en contact, lui apprenant qu’il avait testé positif
à la COVID-19. Alertée, sceptique au départ, n’ayant aucun symptôme apparent, celle-ci s’est mise en isolement complet à la maison.
Ce n’est que quelques jours plus tard qu’elle a commencé à ressentir des symptômes. « Au moment où j’ai reçu mes résultats me disant que j’étais positive, j’ai commencé à ressentir de la fatigue, certains maux légers à la gorge. Je me
disais, c’est probablement psycho-logique », se souvient Mme Lavoie.
Quelques heures plus tard, d’autres symptômes sont apparus, dont la perte de l’odorat. Il n’y avait plus de doute, elle avait bel et bien contracté la COVID-19. Un des aspects les plus difficiles d’avoir contracté la COVID-19, réside dans
la réaction que peuvent avoir certaines personnes concernant la maladie.
« On se sent jugé et coupable. Le pire par contre, c’est que le virus se propage tellement rapidement qu’on ne sait toujours pas de quelle manière j’ai pu l’attraper. Après l’enquête de la santé publique, on m’a répondu que ça pouvait provenir
de plusieurs endroits où je m’étais rendu. En résumé, on n’a jamais pu déterminer si ça provenait de l’épicerie, du centre de personnes âgées que j’avais visité comme proche aidante, ou même d’autres endroits que j’avais fréquentés », affirme Mme Lavoie.
Âgée dans la soixantaine, elle a trouvé les réactions des autres parfois difficiles. « De savoir que certains de nos proches doivent rester en isolement à cause de nous, ça créé de la tension et de la culpabilité », affirme-t-elle..
Six mois après avoir contracté la maladie, Mme Lavoie se remet peu à peu
de la COVID-19, même si son odorat lui joue encore quelques tours. « Impossible de sentir quoi que ce soit. Encore aujourd’hui, je n’ai pas tout retrouvé
mon odorat, par contre, depuis la prise du vaccin, je commence à sentir peu à peu », précise-t-elle.
Comme d’autres qui ont contracté la COVID, celle-ci voit des répercussions
positives après la prise du vaccin. « Pas longtemps après avoir reçu le vaccin, j’ai été faire un tour à vélo et j’ai senti la senteur de la pollution des automobiles. Habituellement, je n’aime pas cette odeur, mais là j’ai sauté de joie », se rappelle Mme Lavoie avec émotion. Elle fait d’ailleurs partie d’un groupe d’étude à ce sujet, afin d’approfondir nos connaissances sur la maladie.
Pour elle, la situation est claire : la solution pour enrayer la maladie passe par la vaccination. « Allez-y, faites-vous vacciner, c’est important et ça existe pour de vrai. Moi aussi j’ai été sceptique au départ, mais c’est la vaccination qui va nous permettre de revenir à la normale », conclut Mme Lavoie.